Marie Miossec

  • Présente-toi en quelques mots
  • « Je m’appelle Marie, je suis en 3ème année à l’ENSAI [École Nationale de la Statistique et de l'Analyse de l'Information] en filière Statistique pour les sciences de la vie. J’ai été consultante cet été pour Ensai junior Consultant [EjC]. Avant cela, j’ai été administrateur d’EjC au contrôle interne et j’ai également eu l’occasion d’être chef de projet. »

  • En quoi consiste le rôle de consultant ?
  • « Etre consultant pour Ensai junior Consultant, c’est travailler sur une étude pour un client réel, être en communication avec un chef de projet. C’est réaliser le travail de statisticien sur une étude particulière. »

  • Pourquoi et comment devient-on consultant ?
  • « [Etre consultant] permet d’avoir une expérience supplémentaire. A l’ENSAI le travail reste très encadré, on [manipule] des données déjà traitées, alors que quand on est consultant on [fait face aux données] d’un vrai client qui n’a pas forcément de regard statistique ou d’expériences statistiques. [Ces] données sont parfaitement brutes, on [alors] peut vraiment s’entraîner tout en étant [...] un peu encadré par l’ENSAI.

    [On devient consultant] simplement en adhérant à EjC et en répondant à des appels d’offre. [Ensuite] il y a une séléction, si on est pris on peut réaliser une étude. »

  • Que fais-tu concrètement lors d’une étude ?
  • « Dans l’étude que j’ai [réalisée] il y avait d’abord une partie de management de données. Ils avaient récupéré deux questionnaires - un papier et une version numérique - il a fallu fusionner les deux questionnaires pour obtenir et travailler les données. Ensuite il y a eu une pondération à faire, et, finalement le traitement statistique - analyse univariée, bivariée - puis un traitement de vulgarisation pour que le client puisse analyser les résultats. »

  • Qu'as-tu retenu de cette expérience ?
  • « Qu’effectivement les données brutes sont très différentes de [celles avec lesquelles on travaille] à l’ENSAI. Il y a beaucoup de travail à faire dessus avant de pouvoir les analyser. [J’ai aussi appris que] la communication avec le client n’est pas facile, il faut toujours passer par l’intermédiaire du chef de projet qui n’a pas forcément connaissance des données. [Il est] assez difficile d’exprimer les problèmes ou les questions qu’on peut avoir à poser au client, [il faut passer] par le chef de projet pour que lui puisse les retranscrire au client. Et inversement, le client [doit toujours passer par le chef de projet pour contacter le consultant]. »

    Arthur

  • Présente-toi en quelques mots
  • « Je m'appelle Arthur, je suis étudiant en 2ème année à l'ENSAI, et membre d’ Ensai junior Consultant (EjC), la Junior-Entreprise (JE) de l'ENSAI, [au] pôle communication [...]. J'ai aussi eu l'occasion d'être chef de projet sur une étude. »

  • Pourquoi avoir choisi d'intégrer EjC ?
  • « Je sortais de prépa en arrivant à l'ENSAI. La prépa est quelque chose d'assez scolaire, [alors] je voulais goûter à la vie étudiante et qui dit vie étudiante dit association. [Je me suis intéressé] à EjC d'abord par curiosité, [puis], au fur et à mesure que je comprenais le fonctionnement d'une JE [j'ai voulu intégrer cette association] […]. C'est une association professionnalisante, elle apporte beaucoup, et les administrateurs du mandat précédent n'en disaient que du bien. Tout cela m'a donné envie de participer au mouvement des JE en France, en plus de l'intérêt pour la communication. »

  • En quoi consiste le rôle de chef de projet ?
  • « Le rôle global du chef de projet est d'être un intermédiaire entre un client et un ou plusieurs consultant(s). Être chef de projet demande plusieurs choses : [savoir] communiquer à la fois avec le client et le consultant, être capable de recruter le ou les consultants qui vont travailler sur l'étude et superviser globalement l'étude. »

  • Comment le devient-on ?
  • « On devient chef de projet en se portant volontaire en début d'étude. En [Conseil d'Administration] (CA), on demande aux administrateurs s'ils sont intéressés, la personne intéressée devient alors chef de projet, tout simplement. »« Le rôle global du chef de projet est d'être un intermédiaire entre un client et un ou plusieurs consultant(s). Être chef de projet demande plusieurs choses : [savoir] communiquer à la fois avec le client et le consultant, être capable de recruter le ou les consultants qui vont travailler sur l'étude et superviser globalement l'étude.

  • Comment se déroule une étude ?
  • « Une étude commence par un 1er contact qui est établi par un administrateur d’EjC, le plus souvent par un membre du [Développement Commercial] (Dev Co) ou de la Présidence. Le chef de projet prend [alors] la relève, contacte le client à son tour et lui envoie un devis. Ensuite, il passe à la phase de recrutement du ou des consultant(s) selon le nombre de consultants qui a été évalué nécessaire pour réaliser l'étude. L'étude commence quand [le chef de projet] envoie la convention d'étude [qui définit] un échéancier, les termes de l'étude [...], le budget etc. Tout au long de l'étude le consultant rédige les rapports demandés par le client. Le chef de projet, [quant à lui], supervise l'étude [dans sa globalité], garde contact avec le client et les consultants. [Finalement], il clôture l'étude en envoyant un questionnaire de satisfaction, un procès verbal et la facture. »

  • Qu'as-tu retenu de cette expérience ?
  • « L'expérience de chef de projet [est] à réaliser au moins une fois lorsqu'on est administrateur à Ensai junior Consultant. C'est là qu'on découvre le fonctionnement d'une JE, [comment se déroulent] les études [réalisées] pour des clients. Il n'y a que des bénéfices à en tirer : c'est [une expérience] qui sera valorisée, elle m'a permis de prendre du recul, d'apprendre à communiquer, de servir d'intermédiaire entre un client et un consultant. »

    Un grand merci à Arthur Quenéchdu et Marie Miossec d’avoir répondu à toutes nos questions et interrogations sur le rôle de chef de projet et de consultant à EjC.